Recommandations nutritionnelles 2017 : mieux sur la santé… et mieux sur l’environnement !

Que retenir ?

  • En 2017, les nouvelles recommandations nutritionnelles françaises publiées par Santé Publique France intégraient pour la première fois l’importance de la préservation de l’environnement !
  • Une équipe de chercheurs français a récemment montré que le fait de suivre convenablement ces recommandations nutritionnelles permettrait de diminuer chaque année la mortalité prématurée de 35 000 cas et de réduire l’impact sur l’environnement de l’alimentation des ménages de 50%.

Envie d’en savoir plus ?

L’intégration de la question environnementale est encore rare dans les recommandations nutritionnelles internationales. Récemment, une équipe de chercheurs de l’INRAE, de l’Inserm, de l’Université Sorbonne Paris Nord et de l’entreprise Solagro a publié dans la revue Nature Sustainabilityles résultats d’une étude menée sur l’impact sur la santé et l’environnement du suivi de ces recommandations. Pour cela, un groupe d’individus suivant le mieux possible les recommandations parmi l’ensemble de la population analysée a été comparé à un groupe d’individus qui les suivait le moins bien.

Ainsi, les données de 28 340 personnes issues de la cohorte NutriNet-Santé ont été examinées. Les modélisations montrent que par rapport à ceux qui suivaient le moins bien les recommandations nutritionnelles de 2017, ceux qui les suivaient le mieux, avaient moins de risque de décéder prématurément (principalement de cause cardiovasculaire, de cancer du poumon, …). Et l’impact environnemental de l’alimentation (énergie utilisée, occupation des sols) de ceux qui suivaient le mieux possible les recommandations nutritionnelles était diminué de 50%.

Si les recommandations nutritionnelles françaises de 2001 permettaient déjà de diminuer le risque de décès prématuré, celles de 2017 diminueraient ce risque de 10% supplémentaires et réduirait deux fois plus l’impact de l’alimentation sur l’environnement. Tout bénéfice !

Points clés des recommandations nutritionnelles de 2017 en faveur de l’environnement :

elles conseillent d’aller vers des aliments issus de producteurs locaux, des aliments de saison et, si possible, des aliments bio. Autant d’habitudes qui, comme on le voit à travers cette étude, peuvent avoir un impact favorable sur la planète.

La population française suit-elle déjà correctement ces recommandations ?

Malheureusement, selon les auteurs si l’on considère la population française dans sa globalité, son alimentation serait encore aujourd’hui plus proche du dernier groupe … celui qui suivait le moins bien les recommandations nutritionnelles de 2017. Autant dire qu’il existe un vrai potentiel d’évolution devant nous 😉 !

Et ça coûte cher de suivre correctement les recommandations nutritionnelles ?

L’aspect économique également évalué dans cette étude montre que les personnes qui suivaient le mieux les recommandations 2017 avaient certes une augmentation de leur budget alimentaire par rapport à celles qui les suivaient le moins bien. Cette augmentation était de 1 euro par personne et par jour. Une augmentation moins importante que celle mise en évidence entre les personnes qui suivaient le mieux et le moins bien les recommandations de 2001.

Source :Kesse-Guyot E et al. Sustainability analysis of French dietary guidelines using multiple criteria. Nature sustainability, 23 Mars 2020.

Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.